logo club Episode 7 : Ces oiseaux virevoltants, chapitre 1

BusesLa chronique embarbullée épisode 7 : Ces oiseaux virevoltants.


Quel intérêt d’évoquer la faune de nos montagnes alors qu’il suffit d’ouvrir un livre ou de cliquer sur internet ?
Peu nombreux sont les sujets originaux. J’avoue que je n’étais pas très inspiré ces derniers temps. Sans nul doute, certains d’entre vous trouveront le propos qui suit délirant, ou peut-être pas ? Je vous laisse seul juge et vous souhaite bonne lecture.

S.R.

Chapitre 1 – Soirée champignons

BuseJ’ai le vague à l’âme ce matin et surtout mal au crâne... Romuald, l’aîné, est en plein apprentissage du vol en piqué et Josué, mon petit dernier, a encore besoin de la becquée. Depuis que mère nature m’a privée de leur père, tout me paraît compliqué. Sa disparition tragique me coûte une énergie folle.

Pourquoi cette injustice de la vie ? À l’écoute de mon compagnon, bienveillante à l’égard de mes bambins, même avec mes parents, j’ai toujours su rester polie, discrète, sans faire de vagues. Pourquoi cette épreuve ? Tiens, parlons-en de mes aïeuls. Nabila PLUMEDARGENT, quel étrange patronyme pour une Buse. Que leur est-il bien passé par la tête pour me nommer ainsi ? Nabila… c’est le prénom d’une poule. Je ne ressemble en rien à ces gallinacées écervelées incapables de voler. Qu’aurai-je à vouloir plaire à ces mâles surmontés d’une crête ridicule, tout juste bons à beugler et réveiller les petits aux premières lueurs de l’aube. Je déteste ces bipèdes emplumés, profondément. Mais… je ne manque jamais de leur faire payer leurs forfaits à ces carillonneurs de pacotilles. Un poussin chapardé de temps à autre me soulage le corps et l’esprit.

Tout m’agace en cette matinée d’automne. Tout semble contre moi. D’ailleurs, je n’ai même pas eu le courage d’aller me débarbouiller au lac du St Sépulcre, pourtant proche. Pour y voir quoi ? Un rapace avec des pruneaux à la place des yeux et des rognures en guise des serres… non merci, très peu pour moi.

 


Milan noir- Nab ! Tu viens chasser avec moi ?
C’est la voix de Robin. Nous nous connaissons depuis toujours. Un ami, ça réchauffe le cœur. Adolescents, nous avons débusqué nos premiers reptiles ensemble, de grands moments. Sacré Milan celui-là, perpétuellement sur le pont, et surtout toujours en bonne compagnie.
- 30 secondes, je te demande 30 secondes pour m’occuper des gosses et j’arrive.

Le décollage me déchire les ailes. Fourbue, je serre le bec, tant pis pour les courbatures. De toute façon je n’ai pas le choix. Nous voilà à transiter au-dessus de la vallée. Je le chéris tellement mon lieu de vie. Je suis née à quelques falaises de là et j’y ai tous mes repères. Je revis. J’aime la lumière des premières heures de la journée, les odeurs, la mélodie de la rivière que nous survolons.
Les larmes menacent quand nous passons près du cyprès où le papa de mes enfants m’avait fait la cour. Je serre le bec une nouvelle fois. Nous continuons.
Je ne sais si c’est une aubaine, mais la réalité reprend ses droits à l’approche de la ferme dite des « cochons fantastiques ». À la vue du roi de la basse-cour, je passe en mode piqué pour lâcher une fiente. Diantre ! Je rate la cible. Irritée, je tente un deuxième passage mais le propriétaire des lieux sort furibond m’obligeant à battre en retraite. L’empoisonneur de l’auditif s’en sort à bon compte et moi aussi.
- Arrête de les provoquer tu vas finir avec du plomb dans la carcasse, s’insurge mon camarade de vol.
Il tente de me calmer avec quelques Orvets qu’il m’assure avoir repéré la veille. Le programme paraît alléchant.
Les cibles sont faciles. Le petit-déjeuner est copieux. Je ne manque pas de ramener quelques victuailles à mes rejetons.


- Je te trouve dépressive, nerveuse, me lance Robin.
Il ne fait pas allusion aux évènements tragiques de ces dernières semaines. C’est peut-être ça l’amitié. On se comprend, pas besoin de palabrer pendant des heures. Il est présent à mes côtés. C’est bien là l’essentiel.
Il renchérit :
- Steve organise une soirée psylo ce soir. Te changer les idées te ferait le plus grand bien. Tu viens ?


Steve est LE Gypaète barbu du coin. Je le trouve quelque peu « suffisant » comme dirait ma mère. D’un look extraverti, toujours à s’agiter, à parler sans cesse, à se faire remarquer, il aime être au centre de toutes les conversations. C’est pénible parfois, mais son sens de l’accueil et de la fête sont sans égal. Il s’entend à merveille avec Robin, rien d’étonnant.
Je dois bien vous avouer que je suis tentée. Ce n’est pas forcément ce qu’il y a de plus raisonnable à faire en ces temps difficiles. Mais peu importe, on n’a qu’une vie après tout, au diable l’avarice.
- Faut que je trouve quelqu’un pour garder les petits. Je te tiens au courant.
Je rends visite à Josie, une jeune femelle Martin-pêcheur. Je l’aime bien elle aussi. Les enfants l’adorent. Son défaut majeur, elle est gothique. Je me demande souvent ce qu’elle leur raconte à Josué et Romuald pour qu’ils s’endorment. Des histoires de morts vivants, de pieux plantés dans le cœur ? C’est surtout ses chaussures qui me déplaisent. Des rangers sur les pattes d’un oiseau de ce gabarit, c’est juste n’importe quoi. Elle est libre pour cette soirée, parfait.
Robin esquisse un petit sourire narquois quand je lui annonce que je vais pouvoir venir. En effet, j’ai oublié de vous dire, je n’ai jamais goûté à ces fameux champignons.
Le point de rendez-vous est fixé au-dessus de la crête du Lanchatra. Le soleil éclaire encore largement le ciel. Nous sommes en petit comité, bien moins que ce que j’imaginais. Ca m’arrange à vrai dire. Je me trouve asociale en ce moment. À part Steve et mon ami d’enfance, les frères TAPDUR ont été invités, trois Choucas plus déglingués les uns que les autres. Une certaine Pénélope, encore une nouvelle conquête de Robin, est présente. Elle est magnifique, étincelante et agaçante à la fois. C’est sans doute de la jalousie féminine que je ressens.

PsiloL’instigateur de la fête sort un pochon rempli de ces drôles de champignons. Comment de si petites choses peuvent-elles avoir un effet si puissant ? Je suis curieuse d’essayer. Nous commençons avec 20 chacun. Le goût est étrange, un mélange d’acidité, d’amertume, ce n’est vraiment pas fameux. Au bout de 10, j’ai la nausée. Je ravale ma salive et gobe le reste. L’effet ne tarde pas. Je sens des picotements partout, des fourmillements dans les ailes et l’impression d’avoir un œuf qui me pousse derrière la tête. C’est spécial. J’ai surtout la sensation d’avoir un sourire niaiseux. Vous savez, de ces sourires qui vous collent au museau avec l’air d’avoir découvert la 7e merveille du monde. Un rapide coup d’œil vers Robin, ça se confirme. Il a la même bouille que moi. À sa décharge, sa belle est face à lui, obnubilé qu’il est par ses yeux ensorcelants. Qu’est ce qu’elle peut m’énerver celle-ci. Les choucas commencent à avoir la bougeotte et partent voler. Même s’ils ont la fâcheuse tendance à faire les malins, leur balai aérien est somptueux. Ils virevoltent sous le vent du sommet avec des figures plus improbables les unes que les autres : 360 sur le dos, tumbling, passage en rase-mottes dans les rouleaux… Impressionnant !!! Aux effets du psychotrope, seule la femelle Milan ne semble pas déraisonner. Il faut dire qu’elle n’a souhaité en manger que 5. Encore une manière de se distinguer je suppose.

GlandPuis, Steve rassemble tout le monde pour prendre la parole :
- On va jouer à « du gland du ».
Qu’est-ce que c’est que ce truc ? Robin m’explique. La règle est simple à vrai dire. Il s’agit de projeter un gland dans le vide et d’être le premier à l’attraper. Celui ou celle qui remporte la manche a le droit d’exiger un gage de qui il veut. Alors ça, c’est bien un truc de mecs. Toujours à inventer des jeux débiles quand ils sont défoncés. Pénélope ne souhaite pas participer et en profite pour se faire remarquer une nouvelle fois. Elle propose de lancer la graine.
Les sens en éveil, tous prêts à l’empoignade… pour un faux départ, car le premier jet est raté. En effet, la pom-pom girl de service ne trouve pas mieux que de faire atterrir le gland sur le crâne d’un vététiste en balade. Je le trouve amusant avec son casque orange. Éberlué qu’il est de voir cette bande de piafs tournoyer dans tous les sens. Sa compagne retient mon attention : avec ses longs cheveux poivrés, elle porte des nattes… puis examine la graine qui nous sert de balle comme si elle venait de trouver un objet extraterrestre. Un dernier coup d’œil dans notre direction, ils reprennent leur route, dubitatifs.
Nous sommes de nouveau en place, en vol stationnaire, telle une escadrille en formation d’attaque. Tous concentrés, Robin me dévisage avec sa tête de clown Pinder. 3-2-1 Et c’est parti pour de bon cette fois…

L’objet chute, frôlant la falaise du Lanchatra. De concert, le groupe se jette dans le vide. Une bataille âpre débute alors. Tous en piqué, la vitesse sur sonique m’arrache les tympans. Tout le monde pousse tout le monde. Les plumes volent et nous passons tout proche du mur de pierre.

Quand soudain un hurlement déchire le soir, suivi d’une pluie d’insultes. Cela semble provenir d’une anfractuosité. En effet, sur son promontoire, une crécerelle d’un certain âge nous assène de : « Bande de petits vauriens !!! » « Voyous foutez moi le camp !!! ». Mais je n’ai pas le temps de distinguer de quel faucon il s’agit. Ça va beaucoup trop vite et ma vue se trouble. Je la comprends après tout. Six volatils écervelés, débaroulant en combat aérien juste à côté de chez soi, ça énerve gentiment.

Pendant ce temps, le gland prend de l’avance dans sa dégringolade, le sol n’est plus très loin. Pedro, un des frères TAPDUR, l’attrape juste avant d’impacter la planète, un véritable tour de force, de la pure magie. Sa manœuvre époustouflante ne l’empêche malheureusement pas de rebondir contre un rocher trop proche. Il part en vrille, le pauvre diable finit sa course planter dans les piquants d’un hérisson. Stupeur pour l’insectivore, apeuré, il se met en boule et commence à rouler dans la contre pente au pied de la falaise ; entrainant avec lui l’infortuné. La scène est surréaliste, le froissement des plumes du corvidé insupportable. Braillant et scotché comme un vulgaire velcro à sa monture. Après 5/6 tonneaux le roulé boulé s’arrête enfin. Pedro n’est pas au mieux. Il tombe inconscient. A peine posé, aussitôt je tente de le libérer délicatement du petit mammifère. Mais celui-ci se montre peu coopératif. D’autant que ses propos ne sont ni cohérents, ni intelligibles :

- Tatan fait des flans et Kiki fait pipi au lit.

Qu’est-ce que c’est que ce délire ? Qu’essaye-t-il donc de nous dire ? Je n’y comprends absolument rien, le choc sans doute. Pourtant il n’a fait que rouler, sans danger pour cette espèce. Je reste sidérée. Puis il renchérit d’un aplomb formidable :

- Le pollen ça pique les yeux d’abord et puis la nuit les loups chantent.

Il le fait exprès, incroyable. Pas moyen de piger un traitre mot de ce qu’il dit. Je savais les hérissons pas futés pour deux sous. Par malchance on est tombé sur un champion. Atterrée, je lance un regard dubitatif vers Robin qui vient d’arriver. Pas le temps de respirer, une vielle femelle faucon crécerelle déboule furibonde. Celle qui nous a invectivés de son perchoir semble-t-il. Son accoutrement m’amuse beaucoup. Avec son cache col jaune poussin, elle ressemble à un pigeon voyageur. Ventre bleu, je la connais. C’est la sœur d’une de mes patientes. Je suis infirmière. Les hostilités ne tardent pas :

- C’est toi Nabila ? Qu’est-ce-que tu fais avec cette bande de… cette bande de… 

Je suis défoncée, ça se voit. Elle m’a repérée j’en suis presque certaine. Je fais diversion en portant secours au blessé. Les deux frères de Pédro sont sans dessus dessous. Lio, le plus jeune des trois, m’aide à dégager son ainé du quadripède. L’action s’avère périlleuse car ce dernier ne cesse de gigoter. D’autant plus qu’il vient juste de péter. C’est dégoutant et pour couronner le tout, il grouille de puces. Toujours à déblatérer des trucs qu’il est seul à comprendre.

Pas trop de mal au final, bien que très nombreuses, les plaies restent superficielles. Ni de fractures à priori, un vrai miracle. Seul un bel hématome sur la caboche retient mon attention.

La crécserelle lance énervée :

- Voyez où ça vous mène bougres d’ânes !!!

Je ne relève pas. D’ailleurs Pédro reprend ses esprits. Il tente de nous dire quelque chose :

- Ah… Ah c’est toi Pénélope…

Dit-il d’un air niaiseux et plaintif. Je réponds agacée :

- Nan c’est Nabila !!! Tu nous as fait une sacrée culbute. Mais ça va aller.

Elle est où, à ce propos, la starlette du lancer de gland ? En effet, Steve nous a rejoint à son tour. Nous sommes tous afférés autour de notre ami, sauf elle. Sur ce, l’ancienne peste une dernière fois :

- En voilà un beau bordel !!! Tu vas entendre parler du pays Nabila j’te le garantis.

Dit-elle avec son air de directrice. Encore des ennuis en perspective, puis elle s’envole vers sa demeure, ouf. A cet instant précis, Lolo le plus grand des choucas, devient tout blanc, vacille puis s’écroule face contre terre.

Dépitée et décomposée, je lâche temporairement Pédro pour m’occuper de son frère. Une fois à sa hauteur je croise son regard, enfin son regard, c’est un grand mot. A peine l’ai-je installé sur le dos qu’il me vomit dessus. Tout mon plumage en est crépi. C’en est trop. J’en ai assez. Car entre un hérisson aussi vaillant qu’une huitre, un Pédro accidenté, Lolo qui gerbe tripes et boyaux, une vielle rombière menaçante et une Pénélope absente, je pète les plombs :

- Vous le faites exprès tous ? Rassurez-moi, vous avez comploté pour me faire disjoncter ?

A cela, Lio m’indique, tout penaud, que Lolo a gobé une trentaine de champignons de plus juste avant le deuxième lancer, pour « l’expérience » affirme-t-il. Steve me confirme par un hochement de tête. J’enrage :

- Vous êtes fous alliés !!! J’en ai marre !!!

Surgie de nulle part, Pénélope me saute au visage. Surprise dans un premier temps, je recule d’un pas, puis elle me gifle en rafale. Je me défends immédiatement en hurlant :

- Tu vas voir ce que tu vas prendre !!! Je vais t’arracher les yeux !!!

L’instant suivant, je vois flou. De plus, je suis ligotée comme un vulgaire rôti, attachée à 2 mètres de haut les pattes en l’air. Comment est-ce possible ? Je distingue Robin qui s’approche doucement :

- Mauvaise pioche les champignons, ça ne te réussit pas apparemment.

A quoi fait-il référence ? Je ne comprends pas. Mes neurones fument et mon odeur m’insupporte. Après un rapide coup d’œil sur mon plumage le constat est pathétique. Je suis habillée d’une multitude de liquides biologiques tous plus malodorants les uns que les autres. C’est nauséabond, écœurant. J’ai même de l’œuf dans les oreilles. A mon regard interrogatif il répond :

- T’as vrillé. Tu t’agitais dans tous les sens. Tu gueulais comme une oie. T’étais ingérable. Et puis y a eu l’épisode avec Mme VOLAUVENT, la crécerelle. Tu sais la sœur d’une de tes patientes.

Il m’explique qu’après avoir titubé le long de la crête, j’ai chuté sur près de 10 mètres et atterri dans le nid de la femelle faucon. Une chance que je ne sois pas accidentée. Sauf qu’ensuite j’ai vomi partout chez elle. Selon ses dires, elle était folle furieuse. De désarroi mes amis m’ont installée ainsi par sécurité.

C’est cauchemardesque, une horreur. J’ai mal au crâne…

 



Ah ! Ah ! Si vous voulez la suite la balle est dans votre camp. Car comme vous l’avez deviné, c’est un essai. Je ne sais vraiment pas où je mets les pieds. Il m’aura fallu du temps, BEAUCOUP de temps avant de lâcher ce papier. Un prochain sujet évoquera un élément important de notre matériel, mais libre à vous de m’indiquer si vous souhaitez voir perdurer cette nouvelle. Ça vous plaît ? Vous détestez ? Je suis prêt à tout entendre. 

S.R. décembre 2014 puis décembre 2017